Cabeçalho
Final da Página
www.edimilsonmendes.com
* MÚSICAS Em Francês *
 
             
SEQ TÍTULO EM FRANCÊS TÍTULO EM PORTUGUÊS AUTORIA VERSÃO EM FRANCÊS ANO DISCO
             
001 LA GUERRE DES GOSSES A guerra dos meninos Roberto Carlos - Erasmo Carlos P. Saisse 1982 EP 2.312 (CBS) Lado A
002 C'EST FINI... (IL FAUT SE DIRE ADIEU) À distância... Roberto Carlos - Erasmo Carlos P. Saisse 1982 EP 2.312 (CBS) Lado B
003 ET PUIS TOUT COMMENCE Os seus botões Roberto Carlos - Erasmo Carlos J. Mercury 1984 EP 4.765 (CBS) Lado B
004 ÇA RESSEMBLE A L'AMOUR Solamente una vez Agustin Lara M. Saisse 1984 EP 4.765 (CBS) Lado A
 
* EP 3.312 - 1982 *
 
* EP 4.765 - 1984 *
RC_FrancesEP1982
 
RC_FrancesEP1984
 
* LETRAS em Francês *
1 - * LA GUERRE DES GOSSES [A Gerra dos Meninos] *
 
2 - C’EST FINI...  (IL FAUT SE DIRE ADIEU) [À Distância...] *
 
Dans la ruf tranquille de ce bidonville
Pourchanger la verité de la Terre
Un enfant s’avance et plein d’innocence
Il me dit: “Je m’en vais faire la guerre”.
 
La guerre est un champ qui sans raison
On change les fleurs par le béton
Puis il s’en va sans hesiter car il est prêt a tout laisser
Pour partir se battre et pour changer.
 
La, La, La, La, La, La, La, La, La, ... 
 
Sans tres bien couprendre et sansplus attendre
J’ai suivi l’enfant dans cette ronde
Il me dit ecoute: “Tous les grands sans doute
Font courir un tas de risques au monde.
 
Avre leurs machines a tout casser
Avre leurs usines et leurs fussés.
 
Je m’en vais arrêter tout ça”
Alors moi sans savoir pouquoi
Avre lui je chante cet air la.
 
La, La, La, La, La, La, La, La, La, ... 
 
Au long de as route, les enfants L’écoutent
Et d’un pas joyeux ils l’accompagnent,
Ils sont plus de mille et font une firre
Traversant les villes et les campagnes.
 
C’est une aruée de petits soldats
Qui san fusil s’apprêtent au combat
Bientôt ils sont plusieurs millions
Mais pour changer le monde
Ils n’ont rien que leur amour et leurs chansons.
 
La, La, La, La, La, La, La, La, La, ... 
 
Enfants de lumiére, envahissent la terre
Et un peu partout leurs voix eclatent
Les enfants s’embrassent et les grands s’enlacent
C’est comme un cadeau, comme un miracle.
 
La guerre est finie ils ont gagné
Les enfants vont pouvoir retrouver
Les fleurs, les arbres et les oiseaux
Les sources claires et les ruisseaux
Dans un monde chaque jour plus bean.
 
Les hommes enfin ont bien coupris
Gu’en renoncant a leur folie
Il faut feire de la terre un paradis .
 
La, La, La, La, La, La, La, La, La, ... 
 

 

 
 
Quand l'amour les dejàs plus quand feu qui m’as
Rien qu’un le soleil tend dans notre coeur
Pourquoi chercher des mots, pourquoi mentir?
Rien ne doit nous retenir, on n’a plus qu’a partir.
 
C’est fini il faut se dire adieu
Il faut tout oublier tout ce que file
Il ne va devenu effacé, les trois ce qu’on avait laissé
Sur ce endroit je m’en donné.
 
Le vent de toi s’en rime ni raison
Auras de nous d’autre chansons
Il va savoir apprendre a oublier
Faire comme si jamais rien était arrivé.
 
C’est fini il faut se dire adieu
Il faut tout oublier tout ce que file
Il ne va devenu effacé, les trois ce qu’on avait laissé
Sur ce endroit je m’en donné.
 
Tous ces chemins qu’émmenne loin de toi
Je les prendré sans trop savoir pourquoi
J’y  ais chercher ailleurs d’autres répons,
Chercher d’autres lendmain pour cacher mon chagrin.
 
C’est fini il faut se dire adieu
Il faut tout oublier tout ce que file
Il ne va devenu effacé, les trois ce qu’on avait laissé
Sur ce endroit je m’en donné.
 
C’est fini il faut se dire adieu
Il faut tout oublier tout ce que file
Il ne va devenu effacé, les trois ce qu’on avait laissé
Sur ce endroit je m’en donné.
 
3 - * ET PUIS TOUT COMMENCE [Os Seus Botões] *
 
4 - * ÇA RESSEMBLE À L'AMOUR [Solamente Una Vez] *
 
Et puis tout commence
On se prend au jeu
D’un grand lit qui danse
Pour deux amoureux.
 
Et mon impatience
Ne fait que grandir
Mês yeux se fiancent
Avre mon désir.
 
Moi j’ai des caresses
Au bout de mes doigts
Et toi des promesses
Qui font que déja.
 
Tu deviens complice
De tous mês efforts
Et ta robe glisse
Le long de ton corps.
 
Et puis tout commence
On fait d’un seul jour
Toute une existence
A vivre d’amour.
 
Une femme, un homme
Sur un lit défait
Le plus bean des royaumes
Qui puisse exister.
 
Moi j’ai des caresses
Au bout de mês doigts
Et toi des promesses
Qui font que déja.
 
Tu deviens complice
De tous mês effrorts
Et ta rose glisse
Le long de ton corps.
 
Et puis tont commence
On se prend au jeu
D’un grand lit Qui danse
Pour deux amoureux.
 
Et puis tout commence
On fait d’un seul jour
Toute une existence
A vivre d’amour.
 
A vivre d’amour
A vivre d’amour
D’amour.
 
 
 
Si ce n’est par amour
Ça y ressemble
C’est encore et toujours
Les mêmes mots.
 
C’est  le mêne refrain
C’est le mêne besoin de tendresse
Le désir retrouvé
Le plaisir qu’on voudrait partagé.
 
Si ce n’est par amour
Ça y ressemble
Côté coeur, côté court
Rien n’a change.
 
Un regard, un sourire
Des frissons, des soupirs, des caresses,
Tous ces riens font que jour aprés jpur
Ça ressemble a l’amour.
 
Ça ressemble a l’amour.
 
Un regard, un sourire
Des frissons, des soupirs, des caresses
Tous ces riens font que jour aprés jour
Ça ressemble a l’amour.
 
Ça ressemble a l’amour
Ça ressemble a l’amour.
 
 
Início da Página
 
www.edimilsonmendes.com                                    Atualizado em Abril de 2017                                    Copyright © 2015 - osósia